ETANG LES AMIS DE LA PECHE DE BRILLON

ETANG LES AMIS DE LA PECHE DE BRILLON

Les poissons de l'étang.


Esturgeons

Acipenseridae

(Redirigé depuis Esturgeon)
 

Les esturgeons (Acipenseridae) forment une famille de poissons peuplant exclusivement l'hémisphère nord.

C'est l'une des plus anciennes familles de poissons osseux encore vivante, les esturgeons sont originaires des rivières subtropicales, tempérées et sub-arctique, des lacs et des côtes de l'Eurasie et d'Amérique du Nord. Ils se distinguent par leur corps allongé, l'absence d'écailles et une grande taille occasionnelle : allant généralement de 2 à 3 m de longueur et certaines espèces atteignant jusqu'à 5,5 m. La plupart des esturgeons sont des prédateursanadromes, la ponte a lieu en amont et l'alimentation se passent dans les deltas et les estuaires. Alors que certains sont tout à fait dulçaquicole, très peu s'aventurent dans l'océan au-delà des zones proches du littoral.

Plusieurs espèces d'esturgeons sont pêchés pour leurs œufs, le caviar, mais aussi pour sa chair. Leur croissance lente et leur maturité tardive les rendent particulièrement vulnérables à la pêche et à d'autres menaces, comme la pollution et la fragmentation de leur habitat. La plupart des espèces d'esturgeons sont actuellement considérées comme menacées d'extinction.

Un béluga dans un élevage.

Comme les autres membres de la sous-classe des chondrostéens, les esturgeons sont essentiellement cartilagineux, sans corps vertébral, et sont partiellement recouverts de plaques osseuses (scutelles) au lieu des écailles. Ils ont également quatre barbillons tactiles qui précèdent leur bouche édentée. Les esturgeons sont immédiatement reconnaissables à leur corps allongé, à leur rostre plat, à leurs scutelles et leurs barbillons ainsi que le lobe supérieur allongé de la queue. Ils sont principalement des prédateurs benthiques. Avec leur rostre en forme de coin, ils remuent la vase, et utilisent leurs barbillons pour détecter des mollusques, des crustacés et de petits poissons dont ils se nourrissent. N'ayant pas de dents, ils sont incapables de saisir leurs proies, même si les plus grands spécimens peuvent avaler de très grosses proies, comme un saumon entier.

Les esturgeons ont été comparés à la fois au Léviathan et au Mathusalem des poissons d'eau douce. Ils sont parmi les plus gros poissons : certains béluga dans lamer Caspienne peuvent atteindre plus de 5,5 m pour 2000 kg. Tandis que le kaluga dans le fleuve Amour, atteint une longueur similaire et un poids supérieur à 1000 kg. Leur longévité est l'une des plus longues parmi les poissons, certains vivent plus de 100 ans et atteignent leur maturité sexuelle à 20 ans ou plus. La combinaison d'une croissance lente et un taux de reproduction et la valeur extrêmement élevée placée sur matures, les femelles porteuses d'œufs font l'esturgeon particulièrement vulnérables à la surpêche. Les esturgeons sont polyploïdes ; certaines espèces ont quatre, huit ou 16 jeux de chromosomes.


Le mot « esturgeon » est un emprunt fait à l'ancien bas francique sturio, d'où le néerlandais steur, comparable à l'allemand Störvieil anglais styriavieux norrois styrja.

Le nom de la famille a été attribué en raison du nom donné à un des genres. L'étymologie de Acipenser est incertaine, une simple étymologie latine est improbable du fait de la terminaison par er, cependant ce terme pourrait dériver de acupensum via acipensis suite à des réajustements morphophonologiques, dérivant de acus signifiant aiguille et de pensum terme qui représentait la quantité de laine qui devait être tricotée en un jour. Acipenser désigne donc le poisson avec des barbes en aiguille de laine, ce qui représente bien le rostre du poisson1.

Liste des genres

Les esturgeons et l'homme

Des femmes vendant des esturgeons dans un marché à Türkmenbaşy(Turkménistan).

Utilisations

Les esturgeons renvoient depuis le xixe siècle une image de grand luxe, notamment à cause du caviar qu'ils produisent. Outre ses œufs, l'esturgeon fournit une chairprisée qui accompagne traditionnellement le caviar mais aussi un cuir de prestige2 utilisé dans la maroquinerie de luxe. Cette réputation a contribué à sa surpêcheet à sa disparition dans le presque totalité de son aire de répartition.

Avant 1800, les vessies natatoires d'esturgeon (principalement du béluga) ont été utilisés comme une source de colle de poisson, une forme de collagène utilisée historiquement pour la clarification de la bière, comme un prédécesseur de la gélatine.

Espèces menacées

Les esturgeons étaient autrefois présents dans toute l'Europe. Jusqu'au xive siècle, ils semblent encore présent dans une grande partie de la France. Ainsi auxve siècle pouvait on les pêcher en pleine ville dans la petite rivière de Valenciennes (aujourd'hui souterraine sous des voutes de brique) : « le vingt-quattriesme d'apvril dudit an 1648, à Valentienne, at esté prins en la rivierette Descronais, à l'opposite de la ruelle Haprois, un esturgeon lequel pesoit cent trente cinq livres »3, ce qui laisse penser qu'ils étaient encore présent dans tout l'Escaut et nombre de ses affluents.

La plupart des espèces d'esturgeons sont désormais protégées, et figurent dans l'appendice III de la convention de Berne, leur commerce est également limité en vertu de l'appendice II de la CITES.


27/08/2013
0 Poster un commentaire

Poissons rouges

Poisson rouge

 
 

Le poisson rouge (Carassius auratus auratus) est un poisson d'eau douce appartenant à la famille des Cyprinidae. Il est considéré comme étant un animal domestique et commun dans les bassins et les aquariums du monde entier.

Il est issu du cyprin doré (Carassius auratus), il est donc proche du carassin commun, un poisson qui vit dans les eaux douces, calmes et tempérées d'Europe et de Chine. Des élevages sélectifs ont permis d'obtenir des variétés dont la morphologie n'a que peu de points communs avec le cyprin doré.

C'est un poisson résistant, dont l'espérance de vie est de trente ans, à condition d'être dans un volume d'eau suffisamment important pour évoluer à l'aise, enbanc. Le traditionnel bocal contenant un animal solitaire est de plus en plus dénoncé, voire interdit dans certains pays, car il ne permet pas d'assurer le bien-être de ces poissons qui peuvent atteindre une taille de 30 cm une fois adultes.


27/08/2013
0 Poster un commentaire

LE CARASSIN ( cliquer sur chaque nom de poissons ).

Carassin

 

Le carassin,
résistant

 

Nom scientifique : Carassius carassius
Famille :
Cyprinidés
Autres noms : Cyprin, Carache, carouche, gibèle, meule - Anglais :
Crucian carp
Poids maximum : 3,5 kg
Longueur
maximale
: 45 cm
Durée de vie : 15
ans
Période de frai : Mai-Juin
Ponte : ?

 


Encore une membre de la famille des cyprinidés. Le carassin ressemble à une
petite carpe commune dépourvue de barbillons. Le corps de ce poisson est haut et
comprimé latéralement avec un dos brun-vert et des flancs brun-jaune.

Tés présent sur toute l'Europe, le
Carassin vit dans les eaux dormantes ou les cours d'eau calmes. Son adaptation
aux milieux difficiles est bonne. On le trouve aussi dans des petites mares aux
eaux mal oxygénées, et ce même si un hivers rude vient à en glacer la surface.
Sa croissance dépend étroitement de ce que son milieu lui offre comme eau et
comme nourriture.
Dans les grands étangs et dans les lacs, il peut alors
atteindre des tailles et poids tout à fait remarquables.

Le carassin se nourrit principalement
sur le fond de crustacés, de mollusques et de larves d'insectes. Le frai
intervient en mai ou juin dans les bordures des plans d'eau. Il est courant que
le carassin s'hybride avec la carpe commune. Cette progéniture se reconnaît à
une tête de petite taille et une bouche avec un voire deux barbillons.
Le
carassin s'enfouie dans la vase pour passer l'hiver.

Le carassin (dans sa taille moyenne qui
est d'un vingtaine de cm) est un poisson qui se pêche très bien avec une canne
dont le scion est équipé d'un élastique intérieur. C'est même un bon
entraînement pour ceux qui cherchent à maîtriser les petits "bagarreurs" et à
pécher fin.
Un fil de 12/100 et un hameçon de 16 conviennent très bien.
Utiliser un bouquet de 2 asticots.


22/01/2013
0 Poster un commentaire

L'ABLETTE

Ablette

 

L'ablette, un joli petit
poisson

 

Nom scientifique : Alburnus alburnus
Famille :
Cyprinidés
Autres noms : Abiette, Able, Blanchet, Dormelle, Gobio, Lorette,
Mirandelle, Rondin - Anglais : Bleak
Poids
maximum :
250 g (15 à 50 g en
moy.)
Taille maximale : 20-25 cm (moy. 10 à 18 cm)
Durée de vie : 6-7
ans
Période de frai : Avril à Juin - eau à 15°C
Ponte : 5 000 à 7 000
oeufs


L'ablette possède un corps mince, un dos bleu-vert et des
flancs argentés. Sa bouche est plutôt grande et est orientée vers le haut, avec
une mâchoire inférieure qui dépasse légèrement celle supérieure.
Elle vit en
surface où elle trouve des insectes.

L'ablette est présente partout en
Europe à l'exception de la Finlande et de la Norvège, et au sud de l'Espagne, du
Portugal et de l'Italie centrale.

Ce petit poisson aime les rivières
lentes et les eaux dormantes et se déplace en nombre. A noter que sa présence
indique une eau de bonne qualité.
Vers l'âge de trois ans,
l'ablette commence à se reproduire. Les mâles se reconnaissent à leurs boutons
nuptiaux. La période de frai se déroule d'avril à juin lorsque la température de
l'eau est à environ 15°C.La femelle dépose de 5.000 à 7.000 oeufs, en plusieurs
fois, sur un fond de graviers ou de plantes aquatiques près des
berges.
Omnivore, l'Ablette se nourrit en rivière, principalement de larves
d'insectes aquatiques et aériens dérivants sur l'eau.
A noter des
hybridations possibles avec le Chevesne, le Gardon, le Rotengle et la
Brème.

S'il est courant de dire que l'Ablette
se pêche en surface, il n'est pourtant pas rare de la trouver plutôt entre deux
eaux, voir même au fond. C'est notamment le cas en période hivernale. Elles se
retrouvent alors en bancs et prés du fond.
Seule une journée bien
ensoleillée fera que l'Ablette remontera vers la surface.
Lors d'une partie
de pêche vous ferez aussi très attention au poste que vous choisirez. En effet
l'Ablette est très méfiante surtout quand les eaux sont très claires. Si elle
détecte le moindre mouvement, elle repartira dans un endroit plus sécurisant
pour elle.
Une fois trouvé le bon poste, et après votre installation, se
pose la question de l'amorçage. Souvenez vous en hivers, l'Ablette est plutôt au
fond, l'été elle remonte vers la surface. Alors l'amorce à utiliser n'est pas la
même. Soit vous devrez mettre un oeuvre une amorce qui travaille en surface,
soit vous opterez pour une amorce avec des produits lourds tels que des argiles
ou des terres de couleur. En fonction de la profondeur du coup vous devrez
composer un mélange qui travaille à la profondeur voulue.
La couleur de l'eau
doit vous orienter vers le choix de la couleur d'amorce la plus efficace. Ainsi,
et c'est là une règle suivie par de nombreux spécialistes de cette pêche, plus
l'eau est limpide plus l'amorce est brune et au contraire plus l'eau est chargée
plus l'amorce devra avoir une couleur claire.
Une amorce fine de surface fera
donc l'affaire et vous pourrez la couper plus ou moins avec une amorce plus
lourde, tout en faisant attention à tamiser l'ensemble pour avoir une
granulométrie homogène. Avec ou sans produit alourdissant, l'usage de quelques
pincées d'Abletix peu favoriser un démarrage rapide de votre pêche.

L'ablette se pêche au coup avec une ligne de 6/100 équipée d'un
hameçon de 24 (Voir 26). La plombée groupée à quelques 10 cm de l'hameçon permet
un coulée rapide à la profondeur de recherche. Employer le vers de vase ou le
petit asticot (pinkies), et pourquoi pas la mie de pain.
Ne pas oublier qu'un
coup doit se maintenir et donc qu'il convient de rappeler à chaque lancé. Avec
une boulette d'amorce de la grosseur d'une noix plus un peu de fouillis si les
touches deviennent moins rapides, vous garderez l'Ablette sur votre coup.

Certains aiment la pécher à la mouche
avec un fleuret de 2,50m. Ils utilisent une soie flottante de 8, un bas de ligne
à mouche 7X et un hameçon de 18 flanqué d'une mouche sèche ou noyée.

Une amorce pour
l'Ablette

1 volume "3000 SENSAS Surface" - 1/2
volume "3000 SENSAS Friture" - En hiver et en eau profonde - 2 volumes de Terre
de Somme - En hiver et un fond de 1,50m - 1 volume de Terre de couleur ou de
Sablon - En été, le poisson est en surface, donc évitez les produits lourds -
Préparez votre coup en jetant 5 boules taille "mandarine" - Rappelez à chaque
relance de votre ligne avec 1 boule de la taille d'une noix - Si les touches
deviennent moins nombreuses, mettez un peu de fouillis dans vos boulettes de
rappel...les Ablettes devraient revenir !

 


22/01/2013
0 Poster un commentaire

LE BROCHET

 

Origine :

Le brochet est originaire d'Europe, il peut vivre jusqu'à 30 ans pour la femelle.

Description :

Le brochet est un poisson allongé, de 60 cm de long pour un poids de 1 kg environ (Taille: 45 cm à 1,50 m. Poids : 500 g à 8 kg jusqu'à 20 kg.). Le brochet a une silhouette caractéristique fusiforme avec un museau plat en bec de canard, celui-ci est un prédateur féroce qui vit en solitaire. Le corps est allongé, le dos est brun-vert, les flancs plus clairs possèdent des bandes transversales, et le ventre est blanc-jaune. Les nageoires portent des macules sombres. Les jeunes ont souvent une teinte vert-pâle. Avec sa robe de camouflage, le brochet peut se camoufler dans tous les milieux. La nageoire dorsale est très en arrière. La tête et le museau sont parsemés de pores sensitifs (céphaliques), la mâchoire inférieure est proéminente. La langue, l'os palatin et les deux mâchoires ainsi que la langue possèdent de très fortes dents environ plus de 700 dents toutes inclinées vers l'intérieur. Les yeux sont situés au-dessus de la tête, permet à ce poisson d'avoir un très bon et grand champ de vision. Ses nageoires très bien positionnées lui permettent des démarrages très rapides (comme une torpille). Le corps du brochet comporte plein de petites écailles, mais aussi une ligne latérale très sensible aux vibrations.

Distribution et habitat :

Le brochet est présent sur tout le territoire européen et sur les parties septentrionales de l'Asie et de l'Amérique. Bien que le brochet soit présent sur l'ensemble du territoire européen, la disparition plus ou moins complète de ces zones de reproductions met en danger la survie de l'espèce. C'est un poisson sédentaire, il aime particulièrement les eaux calmes ou dormantes, mais il faut que ces eaux soient bien oxygénées. Il défend son territoire contre tout intrus même ses congénères.

Biologie et Reproduction :

Quand le brochet à la tête vers le bas c'est que celui-ci digère, quand c'est le contraire, c'est à dire la tête vers le haut, il est donc près à partir à l'assaut d'une proie. Le brochet préfère les eaux claires à fond graveleux et aux berges riches en végétation. La reproduction du brochet a lieu de février (dans le sud) à la fin avril voir fin mai (dans le nord)quand la température de l'eau atteint 8 à 10 °C, les ovules (10000 à 30000 par kilo) sont pondues en eau peu profonde, voir semi profonde parmi la végétation ou dans l'herbe des prairies inondées, la totalité de la ponte se déroule en plusieurs fois. L'incubation dure de 2 à 4 semaines. Les alevins possèdent pendant 2 à 3 semaines un organe adhésif (composé de glandes céphaliques) sur la tête qui leur permet de se fixer à la végétation, durant cette période les alevins de ce poisson se nourrissent du contenu de leur sac vitellin. Deux semaines plus tard les alevins se cachent dans la végétation, en se nourrissant de zooplancton. Le brochet ne se nourrit de poisson que, quand il atteint la taille de 15 à 20 cm, il devient donc ichtyophage. A l'âge de 6 semaines, il mesure 7 cm environ, la première année le brochet atteint 12 à 50 cm, pendant la cinquième, 50 à 75 cm, pendant la dixième 80 à110 cm. La maturité est atteinte généralement à l'âge de 3 à 4 ans. Le brochet peut vivre entre 10 et 20 ans.

     

Petits brochetons pris en photo à Asfeld dans les Ardennes
au début du mois de mai grâce à l'élevage de brochet

Régime alimentaire :

Les brochets aiment se placer en embuscade, près des bords, dans les racines et les bras morts de rivières, au pied des arbres, mais il aime aussi se placer à l'affût dans les plantes aquatiques. Il ne parcourt pas de grandes distances pour se nourrir. Le brochet ne se nourrit que quelques jours par semaines, car la digestion de ce poisson est très lente. Quand ce sont des alevins, les brochets se nourrissent de plancton et de larves d'insectes. Sa nourriture se compose de poissons vivants, malades ou morts, d'écrevisses, de grenouilles, voir de rongeurs aquatiques, de poules d'eau, de canetons. Ce poisson a la fâcheuse réputation d'être paresseux, c'est pour cela qu'il s'attaque de préférence à des poissons malades ou blessés. Il détecte ses proies grâce à ses sens, mais aussi grâce à sa vue. La capture de la proie par ce poisson se fait par le travers puis le brochet retourne le poisson pour l'avaler la tête en avant.

Sa pêche :

La pêche au vif est certainement la plus répandue mais ce carnassier célèbre peut-être également capturé au mort manié, à la plombée et au lancer (cuillères, leurres souples). Pour l'attraper, il faut un matériel robuste.

Voici les différents noms communs et locaux que vous pouvez rencontrer sur le territoire français : brocheton, brouché, buché, filaton, goulu, grand-bec, grand gousier, luceau, pognan, pogneau, poignard, sifflet...
Pike (anglais), hecht, schumuck (allemand), luccio (italien), lucio (espagnol)...


15/11/2012
0 Poster un commentaire

LA TANCHE

Origine :

La tanche est naturellement présente dans toutes les eaux d'Europe, de l'ouest de l'Asie. On la trouve aussi en Australie et en Amérique du nord, car elle a été introduite par l'homme. La tanche est appréciée à la fois pour sa chair et pour la beauté de sa pêche. Elle fut introduite dans les lacs pyrénéens.

Description :

La tanche est un gros poisson de 30 cm de long pour un poids de 100 g environ (Taille: de 20 à 65 cm. Poids : 0,4 à 3,5 kg jusqu'à 5 kg). Bien acclimatée dans les étangs et les lacs. La tête est trapue, avec un museau arrondi, le corps est massif, le dos est légèrement bombé. Elle porte 2 petits barbillons visibles sur la mâchoire supérieure ; toutes les nageoires présentent des bords arrondis, mais elles sont très puissantes, chez les mâles les nageoires pelviennes et anales (grosse nageoire ventrale) plus longues ont un deuxième rayon plus épais et celles-ci sont en forme de pelle. Chez les femelles les pelviennes n'atteignent pas l'orifice uro-génital. Le corps est trapu, le dos vert-brun, les flancs plus clairs ont des reflets cuivrés, le ventre est blanc-jaune. Des petits barbillons sont disposés de chaque côté de la bouche, qui est très petite par rapport au poisson, celle-ci est bordée de grosses lèvres. Les écailles, profondément incrustées dans l'épiderme, sont petites, même très petites. Tout le poisson est recouvert de mucus qui a des vertus cicatrisantes. Les yeux de ce poisson ont les iris orange, parfois rouge. Sa couleur verte foncée sur le dos s'éclaircit et fini par devenir vert-olive avec des reflets jaune-bronze sur les flancs, et le ventre est de couleur jaune-vert. Ses couleurs sont plus pâles ou plus foncées selon le lieu de vie. Les caractéristiques de ce poisson le rendent unique en son genre, il est difficile de confondre ce poisson avec un autre.

Distribution :

La tanche, espèce autochtone, est répandue dans toute la France à l'exception des eaux froides (torrent; lacs d'altitude), elle serait moins commune dans la Loire et absente des Alpes maritimes. La tanche est présente dans toutes les eaux courantes, dans les lacs jusqu'à 1500 m d'altitude et dans toutes les pièces d'eau, même les plus modestes. La tanche aime l'eau calme, qui est chaude en été, avec une abondance de végétaux aquatiques. Ce poisson peut aussi vivre dans les plus petites mares et les plus petits fossés. La tanche à une préférence pour les milieux de vie suivant : les étangs, bras morts, canaux, mares. Elle préfère une profondeur d'eau de 1 à 2 m, avec des nénuphars, joncs ou encore d'autres plantes aquatiques, un fond vaseux et riche en matière organique, elle aime fouiller ses fonds en quête de nourriture. Quand les prédateurs (le brochet) manquent dans le plan d'eau où se trouve la tanche, celle-ci a tendance à être atteinte de nanisme (toutes les tanches sont petites). La tanche se réfugie dans la vase dès les premiers froids on dit qu'elle hiberne jusqu'à ce que la température soit supérieure à 12 °C. La tanche est surtout active le matin, le soir et la nuit. Elle trahit sa présence en laissant échapper de petites bulles de méthane (résultant de la dégradation de matière organique sur le fond) qu'elle laisse remonter en surface en fouillant le fond. Il est fréquent de voir la tanche remonter en surface sous les lentilles d'eau ou sous les feuilles de nénuphars.

Reproduction :

La tanche est mature à l'âge de 3 à 4 ans. La reproduction de ce poisson se déroule de mai à juin quand la température de l'eau dépasse 18°C. La frai est généralement bruyante et spectaculaire, elle se déroule au beau milieu de la végétation aquatique. Les oeufs (250 000 à 800 000 par femelle), fixés à la végétation, incubent 5 à 8 jours selon la température. C'est un poisson solitaire et actif à la tombée de la nuit. Les alevins sont une proie facile pour les carnassiers. A l'éclosion, les alevins dotés d'un organe adhésif sur la tête se fixent sur les plantes jusqu'à la résorption du sac vitellin, ils ont une croissance rapide, ils se cachent dans la vase durant leur plus jeune âge. La tanche vit en moyenne 8 ans mais elle peut vivre 15 ans.

Régime alimentaire :

Durant son plus jeune âge, elle s'alimente de plancton trouvé dans la vase qui lui sert en même temps de refuge contre les prédateurs comme le brochet. Adulte, la tanche est omnivore. Elle se nourrit principalement de larves d'insectes (moustiques...), de vers, de petits crustacés (daphnies), de mollusques et de pousses ou de débris de végétaux. Plus la tanche avance dans sa vie et plus elle grandit lentement. Elle cherche sa nourriture principalement sur le fond.

Sa pêche :

Elle est très recherchée par les pêcheurs au coup, mais elle se pêche surtout à la plombée. C'est l'un des poissons d'eau douce les plus puissants au bout d'une canne. Poisson très méfiant. Sa pêche nécessite une longue expérience et des principes rigoureux. Les débutants sont souvent déçus. Elle se pêche à la ligne flottante dans les étangs et au posée, dans les rivières et canaux. Comme appât on peut utiliser des vers de terre, des asticots, des graines (maïs, blé), de la pomme de terre ou encore du pain. Elle aime le sucre.

Certains pêcheurs disent et sont convaincus que les poissons blessés ou malades viennent se frotter contre elle pour cicatriser leurs plaies. J'ai même entendu dire qu'au moyen âge le mucus de la tanche été utilisé pour soigner de multiples blessures et maladies.

Astuce pour la cuisine : parfois la tanche garde un goût de vase, pour lui faire perdre ce goût, il faut la dégorger dans une eau légèrement vinaigrée.

Voici les différents noms communs et locaux que vous pouvez rencontrer sur le territoire français : beurotte, tanco, tenque, tinche, tenco, tenca, tenque, tiche, tinche, tinco, tinque, ...
Tench (anglais), schuster, schieich (allemand), tinca (italien), tenca (espagnol)...


15/11/2012
0 Poster un commentaire